Les forces de l’engagement au service du handicap : un rendez-vous à ne pas manquer.

Les forces de l’engagement au service du handicap : un rendez-vous à ne pas manquer.

Le handicap touche plus de 12 millions de personnes en France. La mobilisation nationale pour le handicap, sous l’impulsion du Premier ministre et de la secrétaire d’Etat aux personnes handicapées, s’est fixée un objectif : « changer le regard de la société sur le handicap, vaincre les appréhensions et lever les obstacles, [tel est] le défi à relever, celui d’une société accessible, fraternelle et solidaire, qui facilite la vie au quotidien au lieu de segmenter, et qui rend possible au lieu de contraindre ».

Cette mobilisation nationale est l’occasion d’innover, de fédérer toutes les forces disponibles autour d’un même objectif, dans le respect des compétences de chacun, « en partant des besoins individuels et de l’expertise des personnes en situation de handicap, ainsi que de leurs proches, pour bâtir des solutions collectives, et non l’inverse, en décloisonnant et simplifiant ». A cet égard, la mobilisation nationale contre l’isolement des personnes âgées (MONALISA), lancée en 2014, constitue un précédent réussi en matière sociale dont il faut tirer les enseignements.

Rendre possible, c’est le défi quotidien des forces de l’engagement. Elles sont d’ores et déjà mobilisées pour développer le Service civique et assurer la montée en puissance de la Réserve civique, deux composantes majeures de l’engagement civique. Parce qu’il est l’affaire de tous les citoyens et résidants en France, jeunes et moins jeunes, y compris de celles et ceux qui sont en situation de handicap, l’engagement civique sera partie prenante de cette mobilisation nationale qui participe du renforcement du lien social.

Service civique : de jeunes volontaires handicapés, des missions au profit des personnes handicapées

Le Service civique poursuit son ancrage dans la société en tant qu’étape dans un parcours d’engagement. Ainsi, parmi les 95 000 jeunes en mission de Service civique en 2016, plus de 700 [1] d’entre eux étaient en situation de handicap.

Le Service civique propose sur son portail Internet plus d’un millier de missions portant sur l’accompagnement de personnes en situation de handicap. En 2016 et pour la deuxième année consécutive, un focus particulier a été fait sur le handicap avec l’organisation d’une journée d’information spécifique dédiée aux organisations travaillant avec un public en situation de handicap (28 avril 2016, Paris - 20 participants) et d’une visite d’étude à Toulouse (23 au 27 novembre 2016, Toulouse - 26 participants de 4 pays européens). 

[1] Le Service civique est ouvert aux jeunes handicapés jusqu’à l’âge de 30 ans  - Chiffres issus du Rapport d’activité 2016 – Il s’agit d’une estimation basse, les jeunes de 18 à 25 ans n’ayant pas obligation de déclarer leur handicap.

Réserve civique : un nouveau chantier en plein essor

La Réserve civique, créée par la loi Egalité et Citoyenneté du 27 janvier 2017, propose à tous les citoyens et résidants réguliers, dès l’âge de 16 ans, des missions occasionnelles, à titre bénévole, pour réaliser des projets d’intérêt général au service des valeurs de la République.

Début juillet 2017, la Réserve civique proposait déjà près de 600 missions sur la plateforme numérique http://reserve-civique.beta.gouv.fr . Plus de 40% d’entre elles sont accessibles aux personnes à mobilité réduite ou réalisables à domicile. La Réserve civique offre ainsi aux personnes en situation de handicap l’opportunité de s’engager occasionnellement, elles-aussi, pour les valeurs de la République.

En parallèle, plusieurs associations du secteur (association des paralysés de France, association Valentin Haüy, etc.) ont publié des missions sur la plateforme et les premiers retours d’expérience sont très positifs de la part de ces organismes, des réservistes et des bénéficiaires.

Au cœur de la mobilisation, des citoyens agissants

L’enjeu majeur au niveau local est de favoriser les innovations sociales portées par les citoyens, l’inventivité et la variété des formes de réponse. Le handicap recouvre des pathologies très diverses à des degrés plus ou moins élevés, il touche tous les âges. Il faut donc décloisonner les approches, former une communauté d’action pour un impact renforcé.

Cette communauté rassemble des associations et fédérations nationales liées au handicap (association des paralysés de France - APF, union nationale des personnes handicapées mentales -Unapei, fédération des associations pour adultes et jeunes handicapés – Apajh , fondation santé des étudiants de France -  FSEF, collectif inter-associatif Droit au savoir,  association de langue des signes française – ALSF, etc.) et de nombreux acteurs locaux.

Cette communauté peut compter sur celle de l’engagement. Sur le Service civique qui permet aux jeunes de porter un regard différent sur une société où la possibilité leur est donnée de se sentir utiles et permet symétriquement à la société de porter un autre regard sur les jeunes. Sur la Réserve civique parce qu’elle appartient aux réservistes, parce que ses citoyens agissants ont vocation à y proposer des projets d’intérêt général.

L’envie d’être utile est un sixième sens qu’il faut préserver, nourrir et faire fructifier. La mobilisation nationale pour le handicap nous en donne l’occasion. Saisissons-la !